La France - mon pays, ma terre, ma préférence. Tak zawodził pewien pieśniarz, a ja mu wtóruję... Stało się. Pomyślne, jak mniemam, wiatry przywiały mnie na północ Francji - do Lille, potem do Valenciennes, w końcu zaś do Anglii.Po Strasburgu, Nancy, Dijon i Nicei to kolejny przystanek na trasie. Blog w zasadzie powinien zmienić nazwę na: Gdzieś na wschodzie Anglii, czyli La petite Polonaise au pays de fish n chips...
wtorek, 16 listopada 2010
Z(a)myslona

Depuis bien des saisons (...) [les feuilles mortes] pourrissaient dans l'herbe, et les jours de pluie, vers la mi-octobre, un triste et délicieux parfum montait jusqu'à moi par la fenêtre entr'ouverte et me rendait pensif. (Green, Autre sommeil)

 


11:27, reine_marguerite , Cytatnik
Link Komentarze (4) »
piątek, 25 września 2009
Oczarowana / Enchantée

Chodzi za mną już od kwietnia...

Nie mogę się opędzić...

I choć nie jest to jakieś muzyczne arcydzieło, to i tak trudno oderwać się od tej płyty.

Pominę litościwym milczeniem, dzięki komu ją odkryłam.

Tegoroczne wiosenne zasłuchanie...

Wciąż przypomina mi o tym, że "pomiędzy zaproszeniem i rankiem podróży, między wzniesioną dłonią a owocem drzew śpi szczęście", jak pisał jeden z moich ukochanych poetów, Leopold Staff.

A mnie się właśnie kwiecień ze szczęściem rymuje...

Ulotnym, niestety.

 

A wiecej tutaj

lub na YouTube

***

Nie mijaj ranku

zatrzymaj swe ptaki

jeszcze się zdążysz naobracać w czasie


przystan mi wiosno w półobrocie światła

wahaj się chwilę w odcieniach zieleni.


Przedłuż mi zmierzchu swą wczesność do syta

nie śpiesz się maju

trwaj moja miłości

o lata - kiedy się wami nacieszę.


Przemija życie jak noc: w oka mgnieniu

Przemija życie w ułamku promieni.

(U. Kozioł)

 

20:00, reine_marguerite , Cytatnik
Link Dodaj komentarz »
piątek, 30 stycznia 2009
Silentium!

Rester dans le silence. Ecouter, dans toutes les vibrations de ses trois syllabes, le mot « silence », c’est déjà jouissance : cela commence par un doux chuchotement auquel succède le lent glissement qui meurt dans l’e muet. La voix qui le module s’éteint, la pensée qui s’en emplit devient souffle pur. Certes, l’entrée dans le silence demande souvent, dans notre monde saturé de sollicitations innombrables, un apprentissage. Il faut accepter de se poser, de laisser les choses qui nous possèdent et occupent notre champ mental. Respirer, lâcher prise, s’abandonner, grâce à divers exercices psycho - corporels, oblige à remonter le courant d’habitudes bien ancrées. Mais peu à peu le goût du silence s’installe ; alors l’espace intérieur se déploie, comme un ciel sans nuage, une clairière ouverte, la mer profonde. Le centre de l’être se met à chanter dans une amoureuse communion avec les êtres et les choses. Bienheureux les silencieux ! (YSE TARDAN-MASQUELIER)

 

11:30, reine_marguerite , Cytatnik
Link Dodaj komentarz »
wtorek, 02 grudnia 2008
Hexagone, biale wino i literatura
 
 

Ils s'embrassent au mois de janvier,
car une nouvelle année commence,
mais depuis des éternités
l'a pas tell'ment changé la France.
Passent les jours et les semaines,
y a qu'le décor qui évolue,
la mentalité est la même :
tous des tocards, tous des faux culs.

Ils sont pas lourds, en février,
à se souvenir de Charonne,
des matraqueurs assermentés
qui fignolèrent leur besogne,
la France est un pays de flics,
à tous les coins d'rue y'en a 100,
pour faire règner l'ordre public
ils assassinent impunément.

Quand on exécute au mois d'mars,
de l'autr’ côté des Pyrénées,
un arnachiste du Pays basque,
pour lui apprendre à s'révolter,
ils crient, ils pleurent et ils s'indignent
de cette immonde mise à mort,
mais ils oublient qu'la guillotine
chez nous aussi fonctionne encore.

Etre né sous l'signe de l'Hexagone,
c'est pas c'qu'on fait d'mieux en c'moment,
et le roi des cons, sur son trône,
j'parierai pas qu'il est all'mand.

On leur a dit, au mois d'avril,
à la télé, dans les journaux,
de pas se découvrir d'un fil,
que l'printemps c'était pour bientôt,
les vieux principes du seizième siècle,
et les vieilles traditions débiles,
ils les appliquent tous à la lettre,
y m'font pitié ces imbéciles.

Ils se souviennent, au mois de mai,
d'un sang qui coula rouge et noir,
d'une révolution manquée
qui faillit renverser l'Histoire,
j'me souviens surtout d'ces moutons,
effrayés par la Liberté,
s'en allant voter par millions
pour l'ordre et la sécurité.

Ils commémorent au mois de juin
un débarquement d'Normandie,
ils pensent au brave soldat ricain
qu'est v'nu se faire tuer loin d'chez lui,
ils oublient qu'à l'abri des bombes,
les Francais criaient “Vive Pétain”,
qu'ils étaient bien planqués à Londres,
qu'y avait pas beaucoup d'Jean Moulin.

Etre né sous l'signe de l'Hexagone,
c'est pas la gloire, en vérité,
et le roi des cons, sur son trône,
me dites pas qu'il est portugais.

Ils font la fête au mois d'juillet,
en souv'nir d'une révolution,
qui n'a jamais éliminé
la misère et l'exploitation,
ils s'abreuvent de bals populaires,
d'feux d'artifice et de flonflons,
ils pensent oublier dans la bière
qu'ils sont gourvernés comme des pions.

Au mois d'août c'est la liberté,
après une longue année d'usine,
ils crient : “Vive les congés payés”,
ils oublient un peu la machine,
en Espagne, en Grèce ou en France,
ils vont polluer toutes les plages,
et par leur unique présence,
abîmer tous les paysages.

Lorsqu'en septembre on assassine,
un peuple et une liberté,
au cœur de l'Amérique latine,
ils sont pas nombreux à gueuler,
un ambassadeur se ramène,
bras ouverts il est accueilli,
le fascisme c'est la gangrène
à Santiago comme à Paris.

Etre né sous l'signe de l'Hexagone,
c'est vraiment pas une sinécure,
et le roi des cons, sur son trône,
il est français, ça j'en suis sûr.

Finies les vendanges en octobre,
le raisin fermente en tonneaux,
ils sont très fiers de leurs vignobles,
leurs “Côtes-du-Rhône” et leurs “Bordeaux”,
ils exportent le sang de la terre
un peu partout à l'étranger,
leur pinard et leur camenbert
c'est leur seule gloire à ces tarrés.

En novembre, au salon d'l'auto,
ils vont admirer par milliers
l'dernier modèle de chez Peugeot,
qu'ils pourront jamais se payer,
la bagnole, la télé, l'tiercé,
c'est l'opium du peuple de France,
lui supprimer c'est le tuer,
c'est une drogue à accoutumance.

En décembre c'est l'apothéose,
la grande bouffe et les p'tits cadeaux,
ils sont toujours aussi moroses,
mais y a d'la joie dans les ghettos,
la Terre peut s'arrêter d'tourner,
ils rat'ront pas leur réveillon;
moi j'voudrais tous les voir crever,
étouffés de dinde aux marrons.

Etre né sous l'signe de l'Hexagone,
on peut pas dire qu'ca soit bandant
si l'roi des cons perdait son trône,
y aurait 50 millions de prétendants.

Jak  niesie wiesc, utwor Renaud - zbyt zaangazowany politycznie - spotkal sie z odmowa radiowcow, skutkiem czego piosenka nie pojawila sie na antenach radia na poczatku lat 80. Tekst i muzyka wciaz budza zywe emocje, choc od czasu powstania utworu minelo juz ponad 20 lat.
 
"Stary" czy "nowy" Renaud, niewazne, warto posluchac. Moj chlop wlasnie wyskoczyl po kolejna butelke bialego wina. Ja nawet nie zjadlam kolacji, za to zdazylam wlac w siebie aperitif i co najmniej dwie lampki wina (Muscadet). Chlop oglada film, ja odpowiadam na maile i przygotowuje dossier dla polskiego wydawcy. Od kilku dni siedze przy telefonie i w poczcie elektronicznej, nawiazujac kontakty z francuskimi wydawcami (Gallimard, Flammarion, Grasset i inne "grube ryby"), polujac na interesujace tytuly... Kilka z nich juz "zarezerwowalam". Pozostaje tylko uzgodnic szczegoly. Czuje sie w swoim zywiole, zwlaszcza ze to ja bede odpowiedzialna za tlumaczenie. 
 
Chyba za duzo wypilam, bo sama nie wiem, co pisze. Czytelnikow prosze o wyrozumialosc. Mam nadzieje, ze mojego chlopa nie zatrzyma policja, ze o wypadku juz nie wspominam. A tak w ogole, ni z gruszki, z pietruszki, to Renaud ma ponoc mieszkanie w Valenciennes. ;-)
 
Chlop juz wrocil z trunkiem. Dobrej nocy zycze. ;-)
21:51, reine_marguerite , Cytatnik
Link Dodaj komentarz »
poniedziałek, 01 grudnia 2008
Zimowe przyjemnosci

Plaisir d’hiver: Rentrer et se réchauffer après avoir marché dans le froid: feu de bois, tasse de thé brûlant que l’on serre bien fort entre ses mains.

CHRISTOPHE ANDRÉ

(autor zdjecia: Samuel)

Galeria

Galeria2

13:53, reine_marguerite , Cytatnik
Link Dodaj komentarz »
niedziela, 30 listopada 2008
Szczescie w kawalku sera

Manger avant de faire la cuisine

PAR SERGE JONCOUR

Faire les courses n’est pas ce pur moment d’allégresse tel qu’on le vante dans les reportages. Souvent il y a du monde, les poignées de sacs plastiques vous scient les phalanges et la petite monnaie ne vient pas… Non, le parfait mouvement de grâce dans les commissions c’est au moment de déposer les vivres fraîches dans la cuisine. Tout est là en vrac, une symphonie à venir, tout est frais, tout sent bon, le beurre, la viande, les herbes et les légumes, mais par-dessus tout ce qui fait craquer c’est le pain quand on le sort de son papier. On n’y résiste pas, on rompt un bout, on l’accompagne avec tout. Un morceau de beurre, pour commencer, puis de fromage, juste pour goûter, et le saucisson, tant qu’à faire, voir s’il est vraiment sec, avec juste une petite goutte de vin, rien que pour le goût, et un bout de pain encore. Après quoi on lance la cuisson du rôti, on re-goûte une petite rondelle de saucisson, cette fois-ci avec un cornichon, pour voir… C’est comme ça qu’on mange en faisant la cuisine, on se régale avant le repas, avec soi.

(autor zdjecia: Samuel)

15:45, reine_marguerite , Cytatnik
Link Dodaj komentarz »
piątek, 12 września 2008
Le TELEPHONE sonne...

 

... czyli stary dobry francuski rock!

Oto, co mozna znalezc w koszu z przecenionymi plytami w cenie 3 euro.. Niestety, tylko jedna plyta...

 

Do posluchania:

 

http://www.deezer.com/#music/artist/1029

Oficjalna strona zespolu:

 

http://www.telephonelegroupe.com/

20:07, reine_marguerite , Cytatnik
Link Dodaj komentarz »
poniedziałek, 25 sierpnia 2008
Precz z...
 
Filmu Persepolis nie trzeba nikomu polecac...

Kiedy film wchodzil na ekrany kin we Francji, w roznych mediach pojawialy sie zapowiedzi, takze i na antenie mojej ulubionej stacji France Inter.

Glowna bohaterka, 8-letnia Marjane, nasladujac doroslych (rzecz dzieje sie w Iranie), wola: "A bas le chah!", czyli "Precz z szachem!"

A ja, sluchajac wybiorczo radio w trakcie pisania na komputerze, jednym uchem lowilam plynace z radia dzwieki, slowa itc., a drugim wypuszczalam... Ot, takie bierne sluchanie, ktore mimo wszystko bardzo lubie... :-)

I tak sluchajac wybiorczo radia i nie bardzo kojarzac o co chodzi, zamiast "A bas le chah" zrozumialam: "A bas le chat!". "Precz z kotem!"

"Precz z kotem"?

Mysi manifest?

"A bas le chat?"

Chah, chat... peu importe. :-)

A jednak chodzilo o szacha. ;-)
 
Niech zyja homofony!
 
chah, chahs, chas, chat, chats, shah, shahs...
 

http://pagesperso-orange.fr/blsmcpce1/Orthomophonesliste.html

 
 
 
13:06, reine_marguerite , Cytatnik
Link Dodaj komentarz »
sobota, 03 maja 2008
Sjesta z pszczola kolo ucha

 

Le repas s’achève, deux heures sonnent à l’église du coin de la rue, la flemme monte lentement le long du corps. C’est un de ces jours miraculeux où l’on n’a pas à retourner au travail après le déjeuner, jour férié, sabbat ou repos dominical. Le lit est là, tout près, qui vous tend les draps. Vous cédez à la position horizontale. La tête sur l’oreiller moelleux, vous voyez des images défiler, en douceur. Contrairement à la nuit où le sommeil vous happe tout entière, vous entraînant dans les bas-fonds de l’inconscient, l’assoupissement de l’après-midi est celui qui donne le sentiment de pouvoir maîtriser ses rêves. Avec douceur, vous orientez vos pensées vers des sensations agréables en les sentant peu à peu vous échapper. Dans une demi-conscience, vous vous dites Je suis en train de m’endormir. C’est délicieux, les images sont plus nettes, à fleur d’esprit, parfois même, elles racontent une histoire. Très brève. Au bout de quelques minutes, un vague sursaut vous alerte. Il est temps de revenir à la réalité. Vous vous relevez, fraîche, avec cette sensation du repos accompli, et riche d’un petit morceau de conte qui s’est écrit à votre insu durant ce léger voyage. C’est à cet instant que vous pouvez remercier le hasard : cette sieste miraculeuse vient de vous offrir une idée romanesque. (STÉPHANIE JANICOT)

 

20:28, reine_marguerite , Cytatnik
Link Dodaj komentarz »
niedziela, 27 kwietnia 2008
Un petit break

Partir, c’est l’espace d’un instant entendre sa porte d’appartement claquer, la laisser se refermer sur les draps tirés d’un lit, les livres, les CD, l’agenda des rendez-vous, les lettres bleues de Gaz de France. Tout ce qui fait le quotidien va rester enfermé là pour laisser le maître des lieux s’en aller à la rencontre de l’imprévisible, tenter que sa vie ne soit plus une ligne droite, austère et rectiligne, qui va de la naissance à la mort, mais qu’elle peut se briser, se courber, s’incurver, que des accidents de parcours vont lui fabriquer de l’inédit... En somme, faire de sa vie un roman. Partir, c’est oser l’autre: Faire son travail d’homme en quelque sorte... Un départ est un contrat avec soi, il s’agit d’oublier le point de vue particulier qui était le nôtre pour aller se glisser dans d’autres peaux, d’autres rêves et vérifier qu’ailleurs règnent des vérités différentes. Partir, c’est aller confronter ses rêves à des réalité inédites et, avec un billet de train ou d’avion, emmener son être dans les couloirs de l’univers, lui faire rencontrer des bourrasques et des typhons, de multiples corps et de regards, des brises et des parfums, des ressacs. “Partir, partir, s’évader, traverser l’horizon, pénétrer dans une autre vie” (D.H. Lawrence). YVES SIMON, ÉCRIVAIN. DERNIER OUVRAGE PARU : « JE VOUDRAIS TANT REVENIR, 2006 » (SEUIL)

Troszke sie rozleniwilam (choc nadmiar pracy trudno nazwac lenistwem).... Od jutra powracam do pisania. Bogu dzieki, ze jeszcze ktos tu zaglada! :-) Sponsorem dzisiejszego wpisu jest moje ulubione slowko "wyjazd", bo wlasnie ono znajduje sie obecnie w centrum moich zainteresowan. ;-)

22:13, reine_marguerite , Cytatnik
Link Dodaj komentarz »
 
1 , 2 , 3 , 4
O autorze
Zakładki:
2. Napisz do mnie: reine_marguerite@gazeta.pl
3. Codzienniki-przelotniki (i nie tylko), czyli Francja w małym paluszku
4. NANCY, MOJA MILOSC...
5. STRASBURG W PIGULCE
6. NA DALEKIEJ PółNOCY, CZYLI W LILLE
7. POCZTOWKI Z DALEKICH KRAIN
8. BLOGI WYBORCZEJ
9. CHEZ LES FRANCAIS...
FRANCJA
KOBIETY
PHOTOBLOGUES
PRASA CODZIENNA
PRASA LOKALNA
TU ZAGLĄDAM
TYGODNIKI

Manifeste pour l'abolition du foie gras statystyka